Retour à tous les Évènements

Mr Smith au Sénat

Frank Capra

Titre original : Mr Smith Goes To Washington

États-Unis • 2h09 • VOSTF

Présenté par Jean-Loup Bourget

Mr_Smith_au_Senat.jpg

Le sénateur Sam Foley vient de mourir : il faut lui trouver un remplaçant qui ne contrevienne pas aux plans de Jim Taylor, riche industriel dont le pouvoir s’étend à la presse et aux politiciens de son État. Le gouverneur décide de nommer à la place de Sam Foley une célébrité locale, Jefferson Smith, un jeune homme naïf et plein d’idéaux qui dirige les Boys Rangers de la région, et que les politiciens pensent facile à manipuler. La décision est reçue avec liesse par la population. Smith fait donc ses premiers pas à Washington.

Bien que le film produise une critique acerbe des institutions américaines, il faut le comprendre avant tout comme une ode à la liberté d’expression et à la démocratie, dont Mr. Smith tâche de sauver la pureté face aux manigances de sénateurs crapuleux. L’attachement du personnage aux Pères fondateurs et à la Constitution, en fait un film qui cherche à souligner la nécessité de lutter pour le bon fonctionnement du système démocratique américain. Seule cette Amérique-là peut se dresser face aux régimes fascistes qui prolifèrent en Europe.

Malgré cela, le film fut très mal reçu aux États-Unis lors de sa sortie : près de la moitié des spectateurs, se disant « offusqués », quittèrent la salle, et notamment des personnalités du monde politique, choquées que Frank Capra eût osé montrer le spectacle de la corruption au sein de « l’auguste Sénat ». Le film fut même accusé d’anti-américanisme et de « pro-communisme ».

Il s’agit de la deuxième collaboration de Capra avec James Stewart, après Vous ne l’emporterez pas avec vous (1938), et avant son rôle mythique dans La vie est belle (1946).

« Une fois de plus, Frank Capra a choisi des personnages qui défendent des idées et illustrent des thèses philosophiques ou sociales. Son Jefferson Smith est une magnifique nature, probe et loyale, un avocat passionné des nobles causes désespérées. Parfois son héros devient le symbole même de la Liberté et de l’Honneur national, mais ne cesse guère, grâce à l’art incomparable de Capra, d’être un homme. Les idées que défend M. Smith nous sont chères au plus haut point et nous touchent en ce moment plus qu’en tout autre instant. » Roger Regent, Pour Vous, n° 585, 31 janvier 1940.

Réalisation : Frank Capra. Réalisation seconde équipe : Charles Vidor. Scénario : Sidney Buchman (d’après une histoire de Lewis R. Foster). Dialogues : Harold Winston. Production : Columbia Pictures. Photographie : Joseph Walker. Musique originale : Dimitri Tiomkin. Direction artistique : Lionel Banks. Décors : Walter Holscher et George Montgomery. Distribution : James Stewart, Jean Arthur, Claude Rains, Harry Carey… Durée : 126 minutes. Date de sortie en France : 19 janvier 1940.

Évènement antérieur: 12 novembre
Leçon de Cinéma avec Julie Bertuccelli
Évènement ultérieur: 12 novembre
Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu