Retour à tous les Évènements

Elle et lui

Leo McCarey

Titre original : Love Affair

États-Unis • 1h28 • VOSTF

Présenté par Serge Bromberg

Elle et Lui.jpg

Michel Marnet, un « bourreau des cœurs » français, se trouve à bord d’un paquebot pour aller rejoindre sa fiancée, une riche américaine, fille d’industriel, qui l’attend à New York. Il y fait la connaissance de Terry McKay, une chanteuse de cabaret, qui repousse ses avances : elle aussi est sur le point de se marier avec son patron, et de connaître un sort meilleur.

Elle et lui, qui sera refait en 1957 par le même cinéaste, mène le genre du mélodrame à son apogée en le mêlant de façon très subtile à la comédie romantique. L’amour n’y est pas peint comme un coup de foudre ou comme un idéal auquel les protagonistes aspirent : il apparaît au contraire comme une construction progressive, une étape de la vie qui permet le passage de la jeunesse à l’âge adulte. McCarey, dans la continuité des screwball comedy des années 1930, nous montre que le véritable amour se compose d’une multitude d’expériences vécues à deux et individuellement, et qu’il conduit ainsi à une révélation de soi même. Il y a une dimension mystique dans l’engagement amoureux car les personnages se mettent à l’épreuve avant de se retrouver : rompant leurs fiançailles et ainsi leur source de revenus, ils font en quelque sorte vœu de piété et de chasteté, avant de se donner rendez-vous au « point le plus proche du paradis ». Les protagonistes entament un véritable chemin de croix, qui leur permet de se découvrir, étape sans laquelle leur amour demeurerait impossible.


« Comme les autres films de McCarey, celui-ci a l’apparence d’une comédie mais l’intensité profonde d’une romance dont la tristesse nous hante. Irene Dunne et Charles Boyer se sont emparés des différentes humeurs du scénario avec brio, jouant un coup avec légèreté, un coup avec sobriété, mais quoi qu’il en soit toujours très crédibles, toujours proches de leur personnage, et avec une utilisation superbe du matériau qu’ils ont en main. […] McCarey a bien pesé tous ses ingrédients et les a mélangés dans un film lumineux et mémorable. » Frank S. Nurgent, New York Times, 17 mars 1939.


Réalisation : Leo McCarey. Scénario : Delmer Daves et Donald Ogden Stewart. Production : RKO. Musique : Roy Webb. Photographie : Rudolph Maté. Montage : Eward Dmytryk et George Hively. Décors : Van Nest Polglase, Darrel Silvera. Costumes : Howard Greer et Edward Stevenson. Distribution : Charles Boyer, Irene Dunne, Maria Ouspenskaya, Lee Bowman, Astrid Allwyn…

Évènement antérieur: 14 novembre
La France est un empire
Évènement ultérieur: 14 novembre
Juin 40, la République meurt à Bordeaux