Retour à tous les Évènements

Le Magicien d’Oz

Victor Fleming

Titre original : The Wizard of Oz

États-Unis • 1h42 • VOSTF

Présenté par Stan McCoy

1024px-WIZARD_OF_OZ_ORIGINAL_POSTER_1939.jpg

Dorothy, une jeune fille vivant avec son oncle et sa tante dans une petite ferme du Kansas, a des ennuis : Mlle Gulch, la femme la plus riche de la région, persécute son chien adoré, Toto. Rêvant d’un « endroit sans histoires », Dorothy décide de prendre la fuite avec Toto. Elle renonce finalement à son plan, mais une tornade s’abat au même moment sur la région, et emporte Dorothy et Toto « au-delà de l’arc-en-ciel », à Oz, un pays enchanté tout en couleurs.

Le Magicien d’Oz est adapté du roman à succès de Lyman Frank Baum, publié en 1900 aux États-Unis, et en 1931 en France. Dès 1924, la MGM essaye d’obtenir les droits d’adaptation du roman, qui seront finalement obtenus par Samuel Goldwyn en 1934. L’univers féérique du Magicien d’Oz est propice à la mise en valeur de la nouvelle technologie du Technicolor.

L’idée du film est la correspondance entre monde réel de l’Amérique rurale et univers onirique d’Oz. En cela, le personnage de Dorothy peut être apparenté au spectateur de cinéma : emporté par une tornade, qui pourrait-être celle de la crise sociale, elle se rend « au-delà de l’arc-en-ciel », sublimé, coloré, où chacun apprend à faire la connaissance de lui-même. Grâce à ce détour par le merveilleux, Dorothy apprend à désirer ce qu’elle a déjà : sa petite vie tranquille dans une ferme du Kansas.

Le film a propulsé Judy Garland, alors âgée de 16 ans, au rang de star. La jeune actrice et chanteuse, inséparable de la chanson Somewhere Over The Rainbow, qui remporte l’Oscar de la meilleure chanson originale, est devenue la figure principale des comédies musicales de la MGM.

« Depuis le Blanche-Neige de Disney, rien d’à peu près aussi fantastique n’avait eu à moitié autant de succès. Un conte enchanté raconté dans un style enchanté, avec des sorcières, des nains, des lutins, et d’autres choses merveilleuses dessinées avec les couleurs les plus vives, gambadant joyeusement dans le décor vers leur petit objectif. Tout cela est d’une intention si pure, est si génial et si gai, que tout critique qui le mépriserait et s’en moquerait devrait recevoir une fessée et être envoyé au lit sans souper. » Frank S. Nurgent, The New York Times, 18 août 1939.


Réalisation : Victor Fleming. Scénario : Noel Langley, Florence Ryerson et Edgar Allan Woolf (d’après le livre de L. Frank Baum). Production : Mervyn LeRoy, Arthur Freed, pour la MGM. Photographie : Harold Rosson. Ingénieur du son : Douglas Shearer. Musique originale : Harold Arlen. Chansons originales : Edgar « Yip » Harburg. Direction artistique : Cedric Gibbons. Décors : Edwin B. Willis. Costumes : Adrian. Maquillage : Jack Dawn. Distribution : Judy Garland, Ray Bolger, Bert Lahr, Jack Haley, Billi Burke, Frank Morgan. Durée : 100 min. Date de sortie en France : 26 juin 1946.

Évènement antérieur: 16 novembre
Leçon de Cinéma avec Rebecca Zlotowski
Évènement ultérieur: 16 novembre
Laissez-Passer