Afin de conforter le rayonnement international du festival Cannes 1939, et renforcer sa dimension mémorielle, le Comité Jean Zay Cannes 1939 nourrit le projet original de se placer dans les pas de Jean Zay à New York, 80 ans après le voyage que le jeune ministre effectua aux États-Unis avec son épouse Madeleine du 5 au 14 juin 1939. Leurs deux filles, Catherine et Hélène, peuvent aujourd’hui servir de guides dans cette reconstruction historique d’un séjour mémorable entre Paris et New York qui contribua à l’entente démocratique franco-américaine contre la menace fasciste et déplia, dans le même élan diplomatique, le tapis rouge à la création du premier festival de Cannes.

 
Jean et Madeleine Zay à bord du Normandie vers New York. Juin 1939.

Jean et Madeleine Zay à bord du Normandie vers New York. Juin 1939.

 

Confronter les photos d’archives de Jean Zay et de Madeleine sur le paquebot qui les amène à New York puis du jeune couple trentenaire dans les rues et lieux emblématiques de la ville, à celles de leurs deux filles réalisant le même voyage dans les conditions les plus fidèles possibles, permet de lui redonner toute sa dimension historique dans un prolongement familial inédit et sensible. Ce long séjour du ministre Jean Zay à New York — du 5 au 14 juin 1939 — a non seulement été important dans la création du festival de Cannes, mais illustre également la réaffirmation de l’union antifasciste entre la France et les États-Unis ainsi que la création d’une entente commerciale libéralisant l’accès du marché français aux films américains. Politique internationale, diplomatie, culture et libéralisme économique, tels ont été les enjeux de ce voyage transatlantique. Entre l’université de Columbia où le jeune ministre est fait docteur honoris causa, la Maison Blanche où il est reçu par Roosevelt pour évoquer les accords de Munich, et les incontournables gratte-ciel, les grandes étapes de ce séjour seront retracées par les filles de Jean Zay sur les lieux mêmes de leur déroulement. L’annonce de ce projet a immédiatement recueilli une empathie sans réserve et une adhésion très enthousiaste de la part des institutions et organismes américains contactés, et notamment de l’association France États-Unis à New York ou encore de la Fondation Barnes à Philadelphie. 

Ce voyage « sur les pas de Jean Zay » sera aussi l’occasion privilégiée de se mettre en quête de documents d’archives — photos, coupures de presse, diplômes, articles, notes privées, journaux internes, etc. — et d’étoffer ainsi le corpus encore parcellaire rassemblé sur ce sujet. Certes, quelques photos témoignent du séjour de Jean Zay et de son épouse, des articles de journaux également, mais il reste assurément un certain nombre de documents de toute première main à exhumer et à porter à la connaissance des historiens et de notre histoire nationale. Tout au long de ce séjour, le lien mémoriel ne cessera ainsi jamais d’être tissé, et de s’étoffer au gré du voyage, pour faire naître une trace historique forte, documentée et tout à fait inédite. L’écriture d’un livre richement documenté, de grande qualité iconographique, mêlant passé et présent, photos d’archives et témoignages actuels, fera le récit d’une histoire nationale et internationale encore largement méconnue et mise en abyme par un prisme familial d’une grande valeur émotionnelle. Et, à nouveau fidèle à ce que fit Jean Zay lui-même en 1939 à New York, ce voyage sera aussi le moyen d’aller à la rencontre de partenaires américains privés susceptibles de soutenir financièrement la réussite du festival Cannes 1939 à Orléans. La boucle sera alors totalement bouclée. 

Voyage mémoriel, recherche historique, création patrimoniale, récit familial, quête de mécénat privé, ce voyage « sur les pas de Jean Zay » à New York réunira des facettes à la fois différentes et complémentaires qui seront autant de sources d’enrichissement mutuel. Et toutes contribueront à faire de ce voyage une œuvre complète.

À la table du commandant de bord du Normandie, début juin 1939.

À la table du commandant de bord du Normandie, début juin 1939.

De retour de New York, l’Association Hays (aujourd’hui MPAA) organise une rencontre avec le ministre Jean Zay à Paris — déterminante pour la réussite de la première édition du Festival de Cannes à venir en septembre 1939. La Motion Picture Association of America-MPAA est une association professionnelle américaine représentant les cinq principaux studios de cinéma d’Hollywood et, à compter du 22 janvier 2019, le géant des services de diffusion en continu, Netflix. Fondé en 1922 sous le nom de Producteurs et Distributeurs de Films Cinématographiques en Amérique (MPPDA), son objectif initial était de garantir la viabilité de l'industrie cinématographique américaine.

À suivre !

 
LivreJZNY4.jpg

Participez au financement du beau-livre “Sur les pas de Jean Zay à New York” et recevez VOTRE CADEAU ET votre exemplaire en avant-première !

(Photo non contractuelle)